Rediffusion à venir sur RDI

Surveillez la grille horaire.

L’expérience

Descriptif

Comment mesurer la pauvreté? À l’épaisseur du portefeuille? Au poids de la personne au ventre vide? Au nombre de trous dans ses chaussettes?

Dans ce vaste pays d’abondance, qui sont les « pauvres » et quel est leur quotidien?

C’est ce que nous découvrons alors que deux volontaires laissent derrière eux leur statut, leur confort, leur CV, leur réseau d’amis et leur carte bancaire. Pendant les deux mois que dure l’expérience, ils tentent de survivre dans la ville de Montréal avec l’équivalent de la prestation d’aide sociale que reçoit normalement une personne seule apte au travail en 2010.

C’est 592,08 $ par mois. Pour se loger, se nourrir, se soigner, se vêtir, se déplacer, trouver un emploi… Bref, exister.

Beau défi en perspective!

Les paramètres

Pour mener cette expérience, les volontaires acceptent de quitter la ville où ils résident et de sortir littéralement de leur zone de confort.

Nous leur avons confisqué...

  • leur argent liquide;
  • leurs cartes bancaires et leurs cartes de crédit;
  • leur téléphone portable;
  • les clés de leur voiture.

Ils ont droit à...

  • un sac à dos et tous les vêtements qu’il peut contenir;
  • une carte de Montréal;
  • un guide des ressources communautaires pour personnes itinérantes;
  • une mini caméra vidéo pour documenter leur expérience.

Nous avons...

  • « remanié » leur CV afin qu’il reflète une absence du marché du travail pendant un certain temps. Nous avons aussi modifié leur historique de travail, leurs compétences et leur formation afin de les rendre moins reluisants. En aucun temps, les volontaires ne peuvent mettre de l’avant leurs compétences réelles pour décrocher un emploi.

Enfin...

  • Ils doivent trouver à se loger avec les moyens dont ils disposent dans l’expérience, l’accès à leur appartement leur étant interdit..
  • Il leur est défendu de contacter leurs amis, leurs collègues ou leur famille pour obtenir un service, un refuge ou un soutien financier.
  • Ils n’ont pas de titres de transport. Tous leurs déplacements doivent être défrayés à même la prestation consentie dans l’expérience.
    • Pour améliorer leur sort, les volontaires peuvent travailler, à condition que l’emploi soit légal et dûment déclaré aux autorités fiscales. Mais tout revenu excédant 200 $ par mois sera déduit de leur prestation de 592,08 $ le mois suivant. Car, durant ces deux mois, les volontaires ont accepté de se soumettre aux mêmes règles qu’une personne bénéficiaire de l’aide sociale.

Un geste pour aider nos jeunes dans le besoin

Du 13 au 18 mars 2011 se déroulent les "5 jours pour l'itinérance"

Soutenez la cause en faisant un don au www.5days.ca