Rediffusion à venir sur RDI

Surveillez la grille horaire.

Émissions

Origine

Au Canada, il n’existe pas de seuil de pauvreté officiel. On parle plutôt du « seuil de faible revenu », genre d’euphémisme qui, à défaut de définir la pauvreté, détermine le seuil en deçà duquel « on s’en tire moins bien que la moyenne ».

En 2009, Statistique Canada a établi le seuil du faible revenu avant impôt à 22 229 $ pour une personne seule. Bon an mal an, environ 11 % des Canadiens vivent en deçà de ce seuil, et un emploi ne leur permet pas toujours de se tirer d’affaire! Lorsqu’on sait qu’un travailleur touchant le salaire minimum gagne moins de 19 650 $ annuellement, et qu’une personne seule apte au travail reçoit environ 7000 $ par an de l’aide sociale, on s’interroge : comment peut-on vivre décemment avec une somme pareille? Comment faire, tout simplement, pour garder le moral?

Pour mieux comprendre ce que des millions de nos concitoyens vivent au quotidien, nous avons demandé à deux volontaires de vivre une expérience pour le moins singulière. Laissant derrière eux leur vie confortable, parachutés en plein centre-ville avec un sac à dos pour tout bagage et l’équivalent d’une prestation d’aide sociale en main (592,08 $ par mois), nos cobayes ont eu pour mission de s’inventer une nouvelle vie : se loger, se nourrir, se vêtir, se chercher un emploi... et se heurter aux préjugés.

Emmanuelle et Pierre

Sous l’oeil analytique d’experts et d’intervenants sociaux triés sur le volet, leur aventure est le fil conducteur de 10 épisodes qui abordent différents thèmes qui se profilent derrière celui de la pauvreté : le défi du logement, les contraintes alimentaires, le phénomène d’endettement, l’accès aux soins, la réinsertion au travail, les réseaux d’entraide, l’estime de soi, etc.

À travers l’expérience d’Emmanuelle et Pierre, nous espérons que le public réalisera que la pauvreté n’est pas une tare héréditaire. Elle est souvent la conséquence de simples mauvais coups du sort – maladie, séparation, dépression, perte d’emploi – qui peuvent, du jour au lendemain, aspirer quiconque dans une spirale infernale.

En fait, être pauvre, ça peut arriver à n’importe qui. Ce pourrait même être vous...

Impliquez-vous!

La Maison du Père est à la recherche de bénévoles

Pour faire don de votre temps ou de vos vêtements, contactez-nous par courriel ou téléphone 514 845-0168.